La fille de papier (citations)

Coucou !
Je viens de finir un super roman ! Et j'ai eu du mal à la finir avec ma sœur Léa qui, tout les 2 minutes, me demandait :
" Alors t'en es où ? où ???"
(c'est le livre qu'une de ses amies lui a prêté et elle m'a dit de le lire parce que c'était trop bien... bla bla bla...) 

C'est "La fille de papier" de Guillaume Musso.


Et je regrette pas de l'avoir lu ! Vraiment je le conseil à n'importe qui !
Je sais pas comment il a fait le mec qui a écrit ça pour l'écrire... C'est complètement pas courant comme histoire !
Le dénouement est déroutant, franchement c'est le truc le plus inattendu qui ce passe....

Voici le résumé :

« Trempée jusqu’aux os et totalement nue, elle est apparue sur ma terrasse au beau milieu d’une nuit d’orage.
— D’où sortez-vous ?
— Je suis tombée.
— Tombée d’où ?
— Tombée de votre livre. Tombée de votre histoire, quoi !
»

Tom Boyd, un écrivain célèbre en panne d¹inspiration, voit surgir dans sa vie l’héroïne de ses romans.
Elle est jolie, elle est désespérée, elle va mourir s’il s’arrête d’écrire.
Impossible ? Et pourtant…
Ensemble, Tom et Billie vont vivre une aventure extraordinaire où la réalité et la fiction s’entremêlent et se bousculent dans un jeu séduisant et mortel...

Une comédie vive et piquante.
Un suspense romantique et fantastique.
Quand la vie ne tient plus qu’à un livre !


----------------------------------------------------------------------------------------

Je viens de taper TOUTES les citations qu'il y a au début de chaque chapitres (sauf le 9, y'en a pas + celle qu'il y a avant le livre et celle du prologue) :

A quoi servent les livres s’ils ne ramènent pas vers la vie, s’ils ne parviennent pas à nous y faire boire avec plus d’avidité ? Henry Miller

Prologue : S’intéresser à la vie de l’écrivain parce qu’on aime son livre, c’est comme s’intéresser à la vie du canard parce qu’on aime le foie gras. Margaret Atwood

1 : Il arrive qu’une femme rencontre une épave et qu’elle décide d’en faire un homme sain. Elle y réussit parfois. Il arrive qu’une femme rencontre un homme sain et décide d’en faire une épave. Elle y réussit toujours. Cesar Pavese

2 : Je récitais les sempiternelles litanies que l’on répète quand on essaie d’aider un cœur brisé, mais les mots n’y font rien. (…) Rien de ce qu’on peut dire ne rendra heureux le type qui se sent dans une merde noire parce qu’il a perdu celle qu’il aime. Richard Brautigan

3 : Non, Jef, t’es pas tout seul
Mais arrête de pleurer
Comme ça devant tout le monde
Parce qu’une demi-vieille
Parce qu’une fausse blonde
T’a relaissé tomber (…)
Je sais que tu as le cœur gros
Mais il faut le soulever, Jef
Jacques Brel

4 : Si vide d’espoir est le monde du dehors que deux fois plus précieux m’est le monde du dedans. Emily Brontë

5 : L’enfer existe, et je sais maintenant que son horreur repose en ceci qu’il n’est fait que de lambeaux de paradis. Alec Covin

6 : Il  faut avoir un chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse. Friedrich Nietzsche

7 : Les muses sont des fantômes, et il leur arrive d’entrer en scène sans y être invitées. Stephen King

8 : Le monde ne te fera pas de cadeau, crois-moi. Si tu veux avoir une vie, vole-la. Lou Andreas-Salomé

9 : /

10 : L’esprit des romanciers est habité, voire possédé par leurs personnages, tout comme l’esprit d’une paysanne superstitieuse pas Jésus-Marie-Joseph, ou celui d’un fou par le diable. Nancy Huston

11 : Les amis sont les anges qui nous soulèvent lorsque nos ailes n’arrivent plus à se rappeler comment voler. Anonyme

12 : La mort viendra et elle aura tes yeux… (Titre d’un  poème retrouvé sur la table de chevet de Cesar Pavese après son suicide.)

13 : Beaucoup de gens me demandent à quel moment je ferais, enfin, un film avec des personnes réelles. Mais qu’est-ce que la réalité ? Tim Burton

14 : Lutte ! Rallume cette lumière qui s’est éteinte. Dylan Thomas

15 : Pas de tour de prestidigitation, pas d’effets spéciaux. Des mots jetés sur le papier l’ont créé, et des mots sur le papier sont la seule chose qui nous débarrassera de lui. Stephen King

16 : C’est à une demi-heure d’ici. J’y suis dans dix minutes. (Réplique du film Pulp Fiction de Quentin Tarantino)

17 : Un de ces quatre, nous tomberons ensemble
Moi j’m’en fous, c’est pour Bonnie que je tremble
Quelle importance qu’ils me fassent la peau
Moi Bonnie, je tremble pour Clyde Barrow
Serge Gainsbourg

18 : L’enfer est tout entier dans ce mot : solitude. Victor Hugo

19 : Le bonheur est bulle de savon qui change de couleur comme l’iris et qui éclate quand on la touche. Balzac

20 : Ce qui compte, ce ne sont pas les coups que l’on donne, mais ceux que l’ont reçoit et auxquels on résiste pour aller de l’avant. Randy Pausch

21 : Elle était belle comme la femme d’un autre. Paul Morand

22 : Nous étions tous les deux perdus dans la forêt d’une cruelle époque de transition ; perdus dans notre solitude ; (…) perdus dans notre amour de l’absolu (…) : païens mystiques privés de catacombes et de Dieu. Victoria Ocampo, correspondance avec Pierre Drieu La Rochelle

23 : La solitude est le fond ultime de la condition humaine. L’homme est unique être qui se sente seul et qui cherche l’autre. Octavio Paz

24 : L’amour, c’est comme du mercure dans la main. Garde-la ouverte, il te restera dans la paume ; resserre ton étreinte, il te filera entre les doigts. Dorothy Parker

25 : Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles. (Réplique du film Fight Club de Chuck Palahniuk)

26 : Ceux qui tombent entraînent souvent dans leur chute ceux qui se portent à leur secours. Stefan Zweig

27 : Aimer quelqu’un, c’est aussi aimer le bonheur de quelqu’un. Françoise Sagan

28 : Le lecteur peut être considéré comme le personnage principal du roman, à égalité avec l’auteur, sans lui, rien ne se fait. Elsa Triolet

29 : La nuit j’ai eu froid, je me suis levé et je suis allé lui mettre une deuxième couverture. Romain Gary

30 : Rien n’est plus tragique que de rencontrer un individu à bout de souffle, perdu dans le labyrinthe de la vie. Martin Luther King  

31 : Tu seras aimé le jour où tu pourras montrer tes faiblesses sans que l’autre s’en serve pour augmenter sa force. Cesar Pavese

32 : Je voulais que tu comprennes ce qu’est le vrai courage, au lieu de t’imaginer que c’est un homme avec un fusil à la main. Le vrai courage, c’est de savoir que tu pars battu, mais d’agir quand même sans s’arrêter. Harper Lee

33 : On peut donner bien des choses à ceux que l’on aime. Des paroles, un repos, du plaisir. Tu m’as donné le plus précieux de tout : le manque. Il m’était impossible de me passer de toi, même quand je te voyais tu me manquais encore. Christian Bobin

34 : Le temps de lire est toujours du temps volé. C’est sans doute la raison pour laquelle le métro se trouve être la plus grande bibliothèque du monde. Françoise Sagan

35 : Après avoir cherché dans trouver, il arrive que l’on trouve sans chercher. Jerome K. Jerome

36 : Un très grand amour, ce sont deux rêves qui se rencontrent et complices, échappent jusqu’au bout à la réalité. Romain Gary

37 : Les seuls amis dignes d’intérêt sont ceux que l’on peut appeler à quatre heures du matin. Marlène Dietrich

38 : C’est le destin qui distribue les cartes, mais c’est nous qui les jouons. Randy Paush

39 : Le romancier démolit la maison de sa vie pour, avec les briques, construire une autre maison : celle de son roman. Milan Kundera

Pouf... 39 chapitres, c'est long à recopier... Mais c'est pour la bonne cause :)
A+
Et un conseil : lisez ce livre ! *-*

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.